TOMBOUCTOU
début
précédente
suivante

TIMBUKTU :
Le Puits de BUKTU
en Tamasheq.

Selon la légende , Tombouctou a été fondée au XII e siècle par les TOUAREGS sur l'emplacement d'un puits gardé par une femme nommée Bouctou.
La ville n'apparaît dans l'histoire qu'au XIVe siècle avec la construction de la mosquée de DJINGAREYBER.
L'apogée de la Ville aux
333 Saints se situe au XVI e
siècle, époque où l'on comptait
jusqu'à25 000 étudiants
dans ses universités islamiques.

Harande TOURE, ami de Daniel ROBERT ( enseignant suisse et collaborateur pendant plus de 20 ans de la Coopération
Pédagogique Suisse au Mali), m'a fait découvrir les moindres recoins de sa ville.
Tout au moins , les plus historiquement et touristiquement corrects.
Comme j'aime bien les endroits un peu décalés, j'ai découvert Tombouctou - Plage, juste derrière mon hôtel, à l'orée du désert, en solitaire.
Je n'ai pas souvenir d'un seul voyage, n'importe où dans le monde, sans avoir été en permanence confronté à l'omniprésence des décharges sauvages partout dans le paysage, des déchets et ordures jusqu'au coeur des villes et villages. Problème sans issue ? Solution difficile en tout cas.
Ça fait assez jardin japonais zen.
Il faudra que je me rende au Japon pour vérifier. !!!
Tombouctou m'est apparue de prime abord comme ensablée, poussiéreuse, totalement dépourvue de mystères.
Une petite ville , au bout du monde, menacée par le désert envahissant, qui survit avec le souvenir de sa splendeur,
disparue depuis des siècles.
Puis, au fil des déambulations et des rencontres, des vestiges du passé et de la vie qui l'anime aujourd'hui,
j'ai apprécié son charme, celui d'un monde désuet, qui balance entre tradition et modernité.
Ibn BATUTA
Léon l'AFRICAIN
René CAILLE
Gordon LAING

Tous les grands voyageurs qui ont passé par Tombouctou ont une plaque à leur nom sur la maison
qu'ils ont, peut-être, habitée.

Avec ses deux beaux sourires,c'est celle de Léon que je préfère.

Heinrich BARTH
DJINGAREYBER et SANKORE sont les deux plus anciennes et les plus grandes mosquées de Tombouctou ( XIII e et XIV e siècles).
Elles sont au centre des célébrations du MOULOUD ( anniversaire de la naissance Mahomet ).
Cette année, du 25 au 27 février 2010, dans des circonstances tragiques.
Traditionnellement, le MOULOUD reprend une semaine plus tard pour l'anniversaire du baptême de Mahomet .
Cette fois-ci, la foule est calme et grave.Les hommes d'un côté, le Caïd en tête, les femmes de l'autre.
C'est l'occasion pour elles , habituellement invisibles, confinées dans leurs foyers,
de sortir et de faire admirer leurs toilettes et leurs bijoux.