Mexico la Ciudad
début
précédente
suivante
Du haut de la Torre Americana, MEXICO apparaît fidèle aux clichés habituels : immense , polluée et sans âme. Ses autres attributs, dangereuse et violente, ne peuvent se vérifier à cette altitude.
La réalité est plus nuancée : au ras du sol, à part les grandes artères, la pollution n'est pas plus présente que dans les autres métropoles. De nombreux quartiers, en particulier COYOACAN, sont très tranquilles, verts, quasi villageois.
Et l'on rencontre plus souvent la dureté de la vie, l'accablante misère des défavorisés (presque toujours indiens ou métis) dans les rues que la criminalité.
De la TORRE AMERICANA au ZOCALO, scène immense pour les groupes folkloriques, mais aussi pour toutes les revendications sociales ou politiques, il n'y a que 10 min. à pied et des siècles d'incompréhension.
A 5h. du matin, en ce tout début d'année, la salle d'attente de la gare autoroutière de CUERNAVACA est plutôt glauque.

TAXCO, la ville des orfèvres, est en fleurs. Un avant-goût de printemps.

Près de Puebla, le POPOCATEPETL.

OAXACA
OAXACA est une ville attachante à de nombreux égards.
Provinciale, la vie s'y déroule sans stress. Architecturalement, c'est une merveille coloniale. Culturellement, les musées, galeries, fêtes, ou simplement bals populaires sur le Zocalo sont nombreux. Gastronomiquement, on passe des "chapulines"
(sorte de criquet) au "Mole negro oaxaqueno" (sauce très foncée aux piments, noiux, épices et chocolat).
Un endroit où il fait bon s'arrêter.