De TANGER à la frontière algérienne.
début
précédente
suivante
La partie méditerranéenne de mon périple marocain .
Très contrastée:
CEUTA et MELILLA, incongruités espagnoles qui étalent insolemment leur richesse derrière leurs barrières et clôtures électrifiées ( pour combien de temps encore !! ).
TETOUAN et CHAOUEN, coincées entre tradition, tourisme et développement.
AL HOCEIMA qui se relève du traumatisme du tremblement de terre de 2004
SAÏDIA, délire touristique voulu par le Roi et destiné à concurrencer les horreurs espagnoles ou turques
( ruines à visiter d'ici une à deux décennies !!).
SEBTA (Ceuta), forteresse espagnole sur sa presqu'île rocheuse et sa jumelle MELILLA assiégées par la foule des immigrants indésirables venus du SUD, en quête de l'Eldorado européen.

Mohamed VI possède un palais royal dans presque chacune des villes du royaume.
TETOUAN ne fait pas exception.
Il jouit encore d'une grande popularité dans l'opinion publique qui le considère comme le Roi des pauvres.
Charité bien ordonnée ...

Le quartier des tanneurs

Le MELLAH
l'ancien ghetto juif, avec ses portes marquées d'un signe sur le montant qui signalait la présence d'une famille juive, a perdu tout ses habitants d'origine.
C'est devenu une partie comme les autres de la Médina.
Seuls les touristes qui arpentent ces ruelles à la recherche d'une synagogue déglinguée ont encore en mémoire l'âge d'or de la coexistence entre les différentes communautés.

CHAOUEN
La perle touristique du RIF mérite bien le détour.
Al Hoceima
NADOR
vit du commerce, de la contrebande, des trafics de toutes sortes avec sa proche voisine espagnole MELILLA.
Elle se cherche un avenir, touristique pour les uns, écologique pour une minorité d'autres, en exploitant la MAR CHICA.

Le rouge indien est censée protéger les façades aveugles de l'agressivité de l'air salin. Bel effet architectural.

La MOULOUYA, un des plus longs fleuves du Maroc Ma résidence à Saïdia.
SAÏDIA, à la frontière algérienne, juste à côté du magnifique delta de la MOULOUYA, heureusement protégé comme parc écologique est le site d'un projet de développement touristique pharaonique voulu par le Roi. Une horreur parfaitement dispensable.