La Côte Pamphylienne
début
précédente
suivante
A peine arrivé à ANTALYA, j'ai retrouvé la mosquée cannelée de Mehmet Küçük, le muezzin, qui, rencontré il y a plus de vingt ans lors d'un premier voyage en Turquie, nous priait de lui envoyer , à notre retour en Suisse, de l'essence d'eucalyptus pour soigner ses cordes vocales.
Promis, promis, jamais tenu.
Et aujourd'hui, je ne retrouve plus le pauvre Mehmet, qui doit se retrouver au paradis, sans voix, mais entouré de dix mille vierges.

zoom
ANTALYA est méconnaissable. En vingt ans, la population a quasiment décuplé, et il faut du temps et bien des km. pour passer la périphérie et atteindre le KALEICI, la vieille ville, en pleine restauration.
ASPENDOS est annoncé comme le théâtre romain le mieux conservé d'Orient.
C'est sans compter celui de BOSRA en Syrie, mais pas mal tout de même.
SIDE.
Parfait exemple d'exploitation archéo-balnéo-touristique. Les ruines, les terrasses de bistro,les boutiques de mode, le port , les plages
et les touristes teutons sont complètement mixés. Jusqu'à l'écoeurement.
Tant de beauté sacrifiée pour des ploucs incultes , par des assoiffés de réussite sociale. Quel gâchis.
Sur le port de SIDE, la reconstitution partielle du temple de Vénus
D'ANTALYA à SILIFKE , la route s'éloigne fréquemment de la côte plutôt escarpée pour pénétrer dans la zone montagneuse. Vie plus traditionnelle, rencontres bucoliques , boulangères ou proches d'un sketch de Fernand Raynaud.
Malheureusement, après un bref passage dans une baie magnifique, couverte de bananiers, isolée et encore préservée du tourisme,
on est rattrapé par les promoteurs immobiliers.
Sur ce plan-là, les Turcs sont prêts à entrer dans l'Europe.
Ils n'ont plus rien à apprendre de leurs homologues de la Costa Del Sol.